الرجاء الإختيار
العنوان القائمة

Allocution de Son Excellence Monsieur le Président Michel Aoun lors de la Conférence sur la diaspora

الخط + - Bookmark and Share

Il n’est rien de plus beau que de voir les grands-parents, les pères et les fils revenir dans le giron de la mère et retrouver la chaleur de la terre natale à laquelle ils appartiennent.
Vous voici aujourd’hui de retour, même si ce n’est que l’espace d’une visite éclair,  le temps d’être reçus avec joie, bonheur et effervescence par des parents, des frères et sœurs, et des amis. Bienvenue à cette rencontre propre aux êtres chers, qui réunit en son sein, chaque année, les libanais déployés aux quatre coins du monde. 
Chers Libanais venus des pays de la diaspora,
Vous appartenez à un petit pays sur la côte de la Méditerranée ; si petit qu’il n’y a pas assez d’espace qui lui est réservé pour écrire son nom sur l’atlas du monde. Néanmoins, son déploiement humain et humanitaire a couvert la planète entière en faisant résonner son nom partout dans le monde. Ce pays a contribué, de manière efficace, au développement des nouvelles sociétés dont il fait désormais partie. Il y a apporté les valeurs de sa mère patrie qui incarnent la liberté, la tolérance et l’acceptation de l’autre. Son histoire est marquée par les civilisations qui s’y sont succédé, lui permettant ainsi de s’adapter où qu’il se trouve, en laissant une trace indélébile au sein de sa nouvelle communauté.
Une longue et douloureuse histoire lie le Liban à l’émigration. Chaque foyer a été privé d’un fils, d’un frère ou d’un proche devenus absents. Il manque à ses parents, à ses frères et à ses sœurs. Il manque aussi les occasions familiales et les fêtes, sans voir les petits grandir. 
C’est la rançon émotionnelle que payent nos familles depuis que notre pays exporte ses enfants à la place de ses produits. 
Certains ont tendance à s’imaginer que la voie de l’émigration est parsemée de roses et de jasmins. Car seuls ceux qui ont vécu l’expérience de l’émigration peuvent en mesurer la souffrance, surtout aux toutes premières années. Il n’est point facile d’être arraché aux racines de sa patrie ni de s’adapter à un nouvel environnement où les coutumes, la culture et la langue diffèrent. L’émigration n’est pas le fruit d’une fantaisie ou d’une quête du luxe.  Elle découle d’une situation politique, sociale et économique épineuse qui pousse nos enfants loin des bras aimants de notre patrie.  
Depuis la moitié du XIXe siècle, les libanais, ployant sous le joug de l’injustice et de la tyrannie avec tous les fléaux qu’elles font naître, ont commencé à quitter leur pays. Au fil des crises et des guerres, le nombre  des émigrés n’a eu de cesse d’augmenter, dans l’espoir d’une vie meilleure, à tel point que le nombre des libanais répartis dans le monde a largement dépassé celui des Libanais résidant au Liban. 
Mes chers enfants de la diaspora, 
De nouveaux pays vous ont accueillis. Vous en êtes devenus partie intégrante. Peut-être même portez-vous leur identité. Il est très probable que la situation économique et politique de ces pays soit bien meilleure que celle de votre mère patrie. Quoi qu’il en soit, vous ne devez jamais oublier que vous portez en vous l’héritage d’une civilisation glorieuse. 
Vous êtes les enfants d’une civilisation qui a fait entendre sa voix et véhiculé son image partout dans le monde. Votre civilisation a  inventé l’alphabet et donné naissance à la pensée et à la science, tout en veillant à en assurer le déploiement et la transmission jusqu’à nos jours.   
Votre langue d’origine était l’araméen ; vous avez cependant parlé et écrit dans toutes les langues à travers les âges de la civilisation. 
C’est en grec que vous avez écrit vos pensées, vos philosophies et vos sciences. C’est aussi en latin que vous avez rédigé les législations et l’épistémologie du droit. A l’époque, la meilleure école de droit des premiers siècles chrétiens faisait la fierté de  Beyrouth surnommée « mère des législations ».
Vous avez également maîtrisé la langue arabe en enrichissant de la sorte sa littérature, sa pensée et sa philosophie. C’est à travers cette langue arabe que vous avez renforcé le panarabisme, allant jusqu’à  préserver, dans ses fiefs, son authenticité, pendant la période ottomane/à l’époque ottomane. Voilà cette langue devenue aujourd’hui votre langue mère. 
C’est bien à cette civilisation que vous appartenez ; un melting pot riche et diversifié qui est à l’origine de la rapidité de votre intégration au sein des nouvelles sociétés.   
Honorable assemblée,
Il est bon de voyager temporairement à la quête d’une meilleure éducation ou d’une opportunité de travail qui ne nous est pas offerte ici au pays. Par contre, il est impératif de tirer la sonnette d’alarme lorsque l’émigration se traduit par la recherche d’un nouveau pays et d’une nouvelle identité. Est-ce que nous nous sommes demandés pourquoi nos enfants s’évertuent à substituer leur pays d’origine ?
Pourquoi sacrifient-ils leur propre identité et mendient-ils une autre à laquelle rien ne les lie ?
Pourquoi endurent-ils la souffrance de la séparation des proches, des amis, de la maison familiale, du quartier et de la rue ? 
Pourquoi supportent-ils les difficultés qu’ils rencontrent en s’adaptant à un nouvel environnement où tout est différent d’eux ? 
Je suis convaincu que c’est dans les réponses honnêtes et sincères à ces questions que commence l’édification de l’Etat.  
Chers Libanais déployés dans le monde,
Que ce soient les conjectures économiques qui vous ont poussés vers les pays étrangers ou votre esprit empreint/assoiffé de rébellion et de liberté qui vous a empêchés de rester confinés dans un pays traversé par des périodes d’injustice et d’oppression, il n’en demeure pas moins que votre attachement à votre mère patrie est toujours remarquable et admirable.  Bien que vous ne soyez pas physiquement présents au Liban, ce dernier n’a jamais été rayé de vos cœurs. Vous êtes le pilier de son économie et c’est grâce à votre générosité que le bien-être de vos familles est assuré.  
Vous êtes la fierté de votre pays. Vos exploits et réalisations dans le monde en sont témoins. Vous avez comblé le fossé et transmis les progrès de la civilisation entre l’Orient et l’Occident. Vous êtes devenus le cœur battant d’un Occident asséché et le cerveau d’un Orient rêveur.    
Il  est de votre devoir de faire preuve de loyauté envers des Etats qui vous ont accueillis et offert une vie meilleure. En échange, vous avez contribué à leur essor et prospérité. Toutefois, il est aussi de votre devoir de rendre la pareille à votre patrie, en lui étant fidèles et en œuvrant à son développement et à sa croissance. Soyez confiants que son cœur vous sera toujours ouvert à tout moment où vous décidez de rentrer chez vous. Le pays ne peut être construit que par la force de ses propres enfants. Le chantier a été mis en marche. Je suis confiant que vous serez ceux qui y poseront la première pierre. 
Mes bien-aimés, 
Incarnez les dimensions libanaises où que vous soyez et préservez votre identité car elle évoque votre histoire et vos racines. 



آخر تحديث في تاريخ  04/05/2017 - 06:29 ص
جميع الحقوق محفوظة وزارة الخارجية والمغتربين - لبنان ©     إتصل بنا  |  خريطة الموقع